Apiculture: la propolis, médicament de la ruche!

La propolis est un matériau recueilli par les abeilles à partir de certains végétaux. Cette résine végétale est utilisée par les abeilles comme mortier et anti-infectieux pour assainir la ruche.

Le mot propolis vient du grec ancien πρόπολις, entrée d’une ville, par allusion à la réduction de l’entrée de la ruche avec de la propolis pour défendre la colonie.

Origines:

La propolis est un complexe fabriqué par les abeilles à partir de leurs sécrétions et d’une série de substances résineuses, gommeuses et balsamiques. De consistance visqueuse, elle est recueillie par les abeilles sur certaines parties de végétaux. Les principales essences produisant de la propolis sont des conifères (écorce des pins,sapins, épicéas) et les bourgeons de plusieurs espèces d’aulnes, de saules, de bouleaux, de prunier, de frênes, de chênes et d’ormes, de peupliers (qui semblent être la source la plus importante) et du marronnier d’Inde.

L’ouvrière transporte cette résine dans les corbeilles de ses pattes arrières (de la même façon que le pollen). Ces pelotes sont d’une couleur allant du jaune-clair au vert-brun. Celles-ci ne sont pas stockées dans les alvéoles mais utilisées aussitôt par les maçonnes. Ces dernières les modifient en partie, par l’apport de leurs propres sécrétions (cire et sécrétions salivaires principalement), et l’appliquent au besoin. Plus l’endroit est chaud, plus le pourcentage de cire est important, la propolis étant visqueuse et collante aux alentours de 20 °C et devenant dure et cassante avec le froid ou le vieillissement. Il est donc logique de retrouver une propolis plus concentrée au niveau du trou d’envol et sur la tête des cadres.

Dans la ruche, la propolis a de multiples usages. C’est un mortier qui sert au colmatage des fissures ou interstices, à l’étanchéité contre l’humidité et le développement des moisissures, au renforcement de rayons ou parties défectueuses de la ruche et à la protection de la colonie par la réduction de l’entrée de la ruche. C’est également un vernis aseptisant déposé en fine couche à l’intérieur des cellules avant la ponte de la reine, ou pour lisser les parois intérieures de la ruche. Elle sert aussi à momifier les animaux intrus morts (rats et souris par exemple), trop gros pour être évacués par les abeilles, évitant ainsi leur décomposition.

Composition:

La propolis recueillie dans la ruche est constituée globalement de :

résines et baumes 50 à 55 %
cire 30 à 40 %
huiles volatiles ou essentielles 5 à 10 %
pollen 5 %
matières diverses 5 %

La propolis contient également beaucoup d’autres éléments comme des acides organiques, de très nombreux flavonoïdes, des oligo-éléments, de nombreuses vitamines. Il contient également du parabène, dont les propriétés antibactérienne et antifongique aident à lutter contre les pathogènes dans la ruche.

Il existe différentes variétés de propolis et la composition de la propolis est extrêmement variable et complexe. Plus de 300 composants différents ont été identifiés. La propolis la plus puissante est celle qui est récoltée librement par les abeilles dans un environnement préservé.

Récolte:

Une colonie produit entre 100 et 300 g de propolis par an. Le travail de récolte est donc souvent fastidieux et les opérations de purification très délicates.

Pour certains apiculteurs, la propolis est une gêne. Parfois, certains prennent la peine de la recueillir lors du nettoyage des cadres. Cette propolis brute de raclage nécessite d’être épurée car elle peut contenir de la cire, du bois et des morceaux d’insectes. Chez certains apiculteurs amateurs qui ouvrent rarement leurs ruches, elle peut être assez vieille et dégradée.

La propolis de raclage peut également contenir des morceaux d’abeilles. Ce dernier élément confère à la propolis de grattage, une plus-value sur le plan de ses qualités bio-apithérapiques. En effet, utilisée par les abeilles pour ce travail d’embaumement, la propolis de grattage présenterait des qualités anti-bactériennes supérieures à la propolis de grille.
La propolis de grille est essentiellement employée par l’abeille comme matériau de construction, et non comme protection anti-bactérienne, son efficacité sur ce plan n’étant pas prioritaire pour l’abeille.

Pour une récolte plus rentable, il est préférable d’utiliser des grilles à propolis constituées de nombreux interstices que l’abeille va chercher à combler. Cet outil se place sur la tête des cadres, souvent après la récolte (la température aura baissé, la propolis sera moins concentrée en cire, plus abondante et nouvelle). Il suffira ensuite de placer cette grille au froid, la propolis devenant cassante, une torsion de l’outil dégagera les petits morceaux.

Source texte: « Wikipédia »

Pour ma part, pour la récolte, j’utilise la méthode de la grille à propolis. Elles sont placées sur les ruches au-dessus des hausses au printemps, sont retirées pour les traitements anti-varroas (bien que l’acide formique que j’utilise ne laisse aucun résidu) et remises en place jusqu’à l’automne. Les abeilles, sentant l’hiver arriver, calfeutrent tous les interstices de la ruche avec de la propolis: c’est donc plus une activité de fin de saison…Petit stratagème utilisé: une grille au-dessus du corps de ruche (ou des hausses en saison), un nourrisseur retourné et un toit mi-ouvert. Les abeilles, détestant les courants d’air, s’empressent de colmater la grille.

Retrait des grilles vers mi-octobre grille-propolis

La propolis est plutôt brunâtre, les dépôts jaunâtres sont constitués d’une plus grande proportion de cire. grille-propolis-1

Les grilles sont placées dans un sac en plastique quelques heures au congélateur afin de rendre la propolis cassantegrille-propolis-congelateurLes grilles (toujours dans le sac) sont tordues et frottées entre-elles pour dégager les petits morceaux de propolis qui tombent alors dans le fond du sac.
grille-propolis-congelateur-1

En abeilles Buckfast, la production de propolis est faible car cette substance est considérée comme un défaut: chez moi, 50g/ruche est un très bon résultat!propolis-brute

Pour la confection de sprays et gouttes à la propolis, il faut réaliser une teinture-mère. Les fragments de propolis sont mis à macérer plusieurs jours dans de l’alcool (non-dénaturé!!!) à 70%, ce pourcentage permet d’extraire un maximum de composés actifs.  Le mélange est agité plusieurs fois par jour pendant toute cette étape de macération.propolis-maceration-alcool

Le macérat est ensuite soigneusement filtré: les résidus sont essentiellement composés de cire.extrait-propolis-filtration

La solution hydro-alcoolique finaleextrait-propolis-alcool

Mise en flacon, au bonheur de tous les enrhumés de l’hiver! 😉extrait-propolis-alcool-flacon

 

ANNEXE:

 

Table pour la dilution de l’alcool (table de Gay-Lussac)

Table pour la dilution de l’alcool (Table de Gay-Lussac) appelée aussi Table de mouillage de l’alcool :

table-dilution-ethanol

Les chiffres en noir indiquent la quantité d’eau en mL à ajouter à 100mL d’alcool de concentration initiale x (en bleu) pour obtenir la concentration désirée. Exemple : la table indique qu’il faut ajouter 105,34 ml d’eau à 100 mL d’alcool à 90° pour obtenir de l’alcool à 45°. Attention : Le volume final est inférieur à la somme des volumes mis en jeu ! C’est le phénomène dit de « contraction de volume », variable en fonction du titre de l’alcool initial.

 

Résumé de la méthode en vidéo!

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

9 reflexions sur “Apiculture: la propolis, médicament de la ruche!

  1. Annick Boidron

    Merci pour ces renseignements et surtout pour la technique qui permet de récupérer la propolis. J’en utilise régulièrement (achetée en herboristerie) au premier picotement de gorge et c’est extrêmement efficace.

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Bonjour, Oui je suis bien conscient que les pubs peuvent déranger mais la maintenance et l’hébergement du site me coûtent de l’argent…et je ne suis pas Rockfeller, malheureusement! 😉 Ceci dit, les pubs sont souvent ciblées par rapport aux habitudes de surf des visiteurs, donc… 😉 Moi, j’ai des pubs pour du matériel apicole, des pépinières,… 😉

  2. Christophe

    Pour ma préparation j’ai pris 100 g de propolis 500 ml alcool ( pomme à 45 , 50 degrés) la couleur est jus d’orange après trois jours de macération. Par contre le goût de la propolis est très marquée voir puissant . J’ai eu l’occasion de goûter d’autres préparation vendue dans le commerce c’est pas du tout pareil la couleur est très clair et ça un goût d’alcool à 90 . La couleur de ta préparation est très foncé, pourquoi ?? Cela vient peu être de mon degrés d’alcool du départ ?Ou de la couleur de base de ma propolis jaune orange? Mon rendu final n’est pas le même , à première vue par rapport à ta préparation . As-tu une explication ? Merci pour tes conseils et ton site

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Il faut impérativement utiliser de l’alcool(éthanol, pas d’eau de vie dans mon cas) à 70% sinon tu n’extrais pas tous les principes actifs. Et j’utilise minimum 250g de propolis pour 500 ml d’alcool, c’est sans doute ce qui fait la différence d’intensité de couleur. Voilà! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *