La fausse-teigne des ruches

Cauchemar de l’apiculteur négligeant, les chenilles de fausses-teignes ont mauvaise réputation, car elles dévorent tout ce qui se trouve sur leur chemin dans la ruche, même le bois lorsqu’elles auront fini de détruire tous les rayons de cire! Les colonies les plus faibles cohabitent parfois avec les chenilles de ces papillons nocturnes qui font partie de la famille des mites. Si vos abeilles ont un comportement hygiénique marqué, pas de problème, elles sortiront un à un les intrus et maintiendront l’infestation à un niveau quasi indétectable.

Mais les ruches mortes, les cadres et les hausses stockées à l’atelier peuvent subir de gros dégâts: l’obscurité et le manque d’aération favorisant l’attaque du papillon. Le pollen dans les cadres est un facteur aggravant! Attention donc au pollen dans les hausses stockées pour l’hiver! Un auvent lumineux, des hausses empilées afin de créer un courant d’air et la présence des guêpes limiteront les infestations la plupart du temps.

Contraignant mais efficace, le traitement avec la bactérie Bacillus thuringiensis (B401) protégera vos cadres stockés. Ce produit, disponible chez les fournisseurs de matériel apicole, s’applique par pulvérisation méthodique sur chaque face des cadres. Non toxique, il ne laisse aucun résidu et n’altère pas le miel. Pensez à faire l’application préventive du Bacillus avant le développement des chenilles car il est plus difficile de l’éliminer une fois qu’elle est installée. Si malgré tout une attaque devait se déclarer, le brûlage d’une mèche de soufre devrait en venir à bout.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Une réflexion au sujet de “La fausse-teigne des ruches

  1. Gauthier Serge

    Pas que les apiculteurs négligents ! Si la rûche s’affaiblit lentement, les galleria s’y mettent vite. Et nous n’allons pas ouvrir le corps de ruche toutes les semaines ! Une de nos bonnes ruches subit une attaque de fausse teigne, nous sommes le 20 septembre, je vais essayer de relancer une ponte pour repeupler la ruche. Avec un sirop lourd, avec vinaigre, ail’et HE, mélange spécial et vitamines total vitaminol (2 gouttes/litre) pour les rendre un peûplus agressives. Ce sont pourtant des noires de Charente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *