Premier nid de frelon asiatique (Vespa velutina) en Belgique

comparaison_hymenopteres

On redoutait son expansion vers la Belgique, on savait que ça arriverait un jour ou l’autre… voilà, c’est chose faite suite à la découverte d’un premier nid dans le Hainaut ce 20/11/2016.
Des imagos avaient déjà été observés en 2011, encore dans le Hainaut: voir ICI
Vespa velutina est entré à partir du sud-ouest de la France en 2004, par l’intermédiaire d’un container transportant des poteries importées de Chine (merci la mondialisation, encore une fois!). L’insecte s’est très bien adapté au climat ouest-européen et il supporte une très large amplitude de températures.

Les scientifiques et le milieu apicole redoutaient l’arrivée des frelons asiatiques, car ils se nourrissent d’abeilles et peuvent décimer des populations entières en période d’été. Chaque nid est capable de donner naissance à 1.000 fondatrices, qui créeront leurs propres colonies par la suite…

Selon Etienne Bruneau du CARI, freiner l’avancée du frelon asiatique s’avère compliqué. Celui-ci pourrait s’étendre en Belgique et remonter jusqu’au Danemark.

 

Carte montrant l’évolution de la colonisation en France, nul besoin d’être devin pour imaginer la suite des évènements….

repartition_du_frelon_asiatique_en_france_de_2004_a_2016

Les frelons trouvés ce 20/11/2016 à Guignies, Hainaut, Belgique (photos par © Sébastien Van de Salle via le portail observations.be)

vespa-velutina-belgique vespa-velutina-belgique-1

…et leur nid. ( © Benoît Urbain)

nid-velutina-belgique nid-velutina-belgique-1 nid-velutina-belgique-2

Vidéo (source: page FB de Notele.be) de la destruction de ce nid par le CRAw (centre wallon de recherches agronomiques e Gembloux) et qui montre exactement CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE!!! (ça commence bien…): aucune mesure de sécurité, nid détruit en plein air (non-confiné, dans un sac par ex) en journée par temps doux (dissémination des fondatrices!), frelons qui volent partout, équipements inadaptés, spectateurs non-équipés et qui se font piquer d’ailleurs…

 

 

 

Pour plus d’infos sur le frelon asiatique-Vespa velutina:

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vespa_velutina

Dossier complet ActuApi

depliant-spw

Dépliant SPW (cliquez sur l’image pour ouvrir le pdf)

 

 


fiche-id-velutina

 

Fiche d’identification de la CiEi (cliquez sur l’image pour ouvrir le pdf)

 

 

ficheid-mnhn-velutina  Fiche d’identification du MNHN (cliquez sur l’image pour ouvrir le pdf)

 

 

 

Vidéo montrant les stratégies de prédation du frelon asiatique

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

8 reflexions sur “Premier nid de frelon asiatique (Vespa velutina) en Belgique

  1. Michel De Proft

    De la part de Michel De Proft (Centre wallon de Recherches agronomiques), intervenu sur le nid de Guignies ; juste ces précisions :

    L’opération a été effectuée immédiatement après la découverte du nid : signalement le dimanche à 18H30, destruction terminée le lendemain à 13h30.
    Les conditions ne s’opposaient pas à cette intervention. En effet, il faisait 12 °C, température à laquelle les frelons sont engourdis et ne sortent quasi pas du nid. Dans pareille situation, il est bien plus indiqué d’intervenir de jour et en y voyant clair, que d’attendre la nuit. S’il avait fait 20 ou 25 °C, l’opération n’aurait pas pu se dérouler de la même façon, du fait du comportement de défense de cet insecte à proximité du nid. A Guignies, personne n’a observé la moindre agressivité des frelons. C’est très, très loin de ce que j’ai vu lors de toutes les interventions auxquelles j’ai assisté par temps chaud lorsque j’étais en formation dans le Bordelais.

    A Guignies, il y avait du vent, oui, mais pas au point de rendre l’opération dangereuse.

    Dès avant l’intervention, le nid était très abîmé, probablement par la tempête de la veille. Le fond du nid et tout un côté de la coque manquaient, de même que les deux ou trois rayons inférieurs. La première opération a été de rechercher au sol cette partie du nid, mais sans succès. Du fait de cet état de délabrement du nid, des frelons étaient déjà dispersés et volaient lourdement « un peu partout » ; en attendant notre arrivée, les journalistes les ont filmés tout à loisir.

    Après avoir aménagé un passage pour l’échelle entre les branches, j’ai grimpé jusqu’au nid avec l’intention de l’introduire dans un sac, plutôt que de le traiter en place à l’insecticide, ceci pour éviter d’envoyer inutilement de l’insecticide partout à cause du vent. J’espérais « cueillir » proprement ce nid mais ce dernier, fragilisé par la tempête, s’est disloqué. Je l’ai donc fait tomber complètement et suis redescendu immédiatement pour en mettre tous les morceaux en sac.

    Ces sacs ont été fermés et ramenés à Gembloux, où ils ont été mis au congélateur pour tuer les frelons. Ces derniers seront examinés prochainement pour déterminer la structure de la population (ouvrières / fondatrices / mâles), et pour rechercher d’éventuels parasites.

    Nous avons ensuite passé une bonne demi-heure à détruire soigneusement les frelons engourdis circulant sur le sol, de manière à éviter que ne nous échappent des fondatrices. Nous avons terminé ce travail par un traitement insecticide (poudre à 1% de cyperméthrine) au pied de l’arbre.

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Bonjour,
      Merci pour ces précisions bien utiles.
      Malheureusement et vu le ramdam de la part de la presse toujours avide de buzz, il aurait tout même mieux valu agir dans les règles de l’art…même si les conditions permettaient de travailler plus « cool ». Cette intervention est la première du genre en Belgique et nul doute qu’elle aura marqué les esprits. Que se passera-t-il au prochain nid découvert? Je défie quiconque d’y aller la fleur au fusil au mois d’août… Les gens vont se dire; « pas de problème, on a vu Gembloux faire et RTL a dit que ces frelons étaient inoffensifs pour les humains, on va faire tomber le nid nous-mêmes et sauver les abeilles! »…Je caricature mais c’est effectivement ce qui risque d’arriver. Le rôle éducationnel n’est pas à négliger, en montrant ce qu’il faut et surtout ne pas faire, le public sera sensibilisé dans le bon sens et cela permettra d’avancer dans la lutte future contre VV.

  2. Michel De Proft

    Bien d’accord avec vous.

    Coïncidence : à l’invitation du CARI, j’ai accepté de parler ce dimanche à LLN du frelon asiatique : biologie, comportement, lutte.

    mdp

  3. Damien Lecrenier

    Je rejoins Monsieur Calmant à ce sujet.

    Ce qui est intolérable dans votre argumentation est cette phrase :

    Je cite : « sont engourdis et ne sortent quasi pas du nid. »

    Quasi … Bha allons y pour les spéculations donc … Allumons un cierge et prions en silence pour qu’aucune fondatrice ne soit sortie.

    Et vous n’auriez pas pris la peine puisque c’était une première en Belgique d’expliquer le tout à la télévision, d’appuyer le fait des précisions ?
    La méthode était hasardeuse … Et lire des apiculteurs qui étaient sur place écrire sur les réseaux sociaux  » de toute façon en France, les pompiers ne sortent même plus pour ça « (M. Urbain) prouve que l’éducation face au Frelon n’était vraiment pas l’enjeu.

    C’était simplement un nouveau jouet et on devait toucher vite vite …

  4. Michel De Proft

    Je répète que ce nid était partiellement disloqué par la tempête, la colonie partiellement dispersée, et qu’il faisait encore venteux : le reste du nid menaçait de tomber spontanément. Face à une telle situation, rien ne justifiait d’attendre : le plus malin était de récupérer immédiatement tout ce qui pouvait l’être.

    Ma priorité de lundi n’était pas de m’occuper de la quinzaine de journalistes que j’ai eu la surprise de trouver sur place, mais d’opérer.
    Pour ne rien vous cacher, j’aurais travaillé plus à l’aise sans tout ce monde et tout ce « ramdam ». J’ai néanmoins fait ce que j’ai pu pour communiquer au mieux avec les journalistes. Ce qu’ils en ont fait est de leur responsabilité.

    Dimanche prochain sera une journée de communication, une vraie, à LLN. Chaque chose en son temps.

  5. fasolo

    De ttes facon il est la et maintenant il va falloire s adapter. Il ne faut pas chercher a qui la faute.on va devoir faire avec!!!

  6. SOUDANT Gaëtan

    Il aurait été plus sage pour une personne responsable de reconnaitre une approche non conforme de cette première intervention !.
    Et d’expliquer que sur cette base, serait appliqué pour les suivantes,un protocole approprié. Et ne pas rejeter sur les autres,les imprécisions…
    Les commentaires donnés ne vont qu’accroitre un sentiment malsain d’amateurisme. Curieux que l’on ne sache pas admettre une erreur et repartir ainsi du bon pieds !. C’est pour le moins ce que l’on attends d’un intervenant scientifique. Et le fait d’être intervenu ensuite au Cari ne valide en rien cette intervention déplorable !.

  7. Pingback: Frelon asiatique: première attaque de rucher en Belgique... - EXOMETEOFRAITURE - FRED L'APICULTEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *