Ruche à robinet – Flow hive: une vraie fausse bonne idée…

De manière récurrente depuis une bonne année à présent, les médias, sociaux pour la plupart, nous inondent, comme le ferait le miel coulant par un robinet, d’informations concernant une ruche miraculeuse! Une ruche pour laquelle on ne ferait pas grand chose et qui nous donnerait un miel abondant rien qu’en ouvrant une vanne. Sur mes quelque 270 contacts Facebook, j’ai bien reçu 200 fois cette « buzz-vidéo »!

Je vous la mets pour situer la chose mais ne la regardez pas svp, pas besoin d’enrichir davantage ces « entrepreneurs » 😉

Une vraie fausse bonne idée…


Les arguments en faveur de cette ruche ne manquent pas:

*rendre l’apiculture accessible aux non-initiés
FAUX! L’apiculture requiert d’importantes connaissances théoriques et pratiques sur l’abeille mais également sur l’environnement au sens large du terme. L’apiculture ne s’improvise pas et peut être source de danger pour l’apprenti-apiculteur et pour son voisinage si elle n’est pas menée de manière rigoureuse (Réf)! A certains moments, la moindre trace de miel provoquera une frénésie chez les abeilles alors que pour la flow-hive, on laisse les pots à l’air libre, une vraie bombe à retardement…C’est ce qu’on appelle le pillage, regardez la vidéo suivante pour apprécier ce que produisent quelques gouttes de miel égarées à proximité d’un rucher –> VIDEO, Imaginez des pots entiers laissés à l’air libre, vont être contents les voisins (Réf)! De plus, une méconnaissance de l’abeille favorisera la dissémination de pathogènes aux ruchers environnants (Réf)! J’ai potassé le sujet théoriquement les 25 premières années de ma vie avant de me lancer dans l’apiculture de manière pratique. Et après 10 ans d’apiculture à un niveau, disons soutenu, je peux seulement commencer à dire que je touche ma bille! Et on ne peut pas dire que je sois le dernier des mohicans en ce qui concerne les choses de la nature…Si la flow-hive avait existé au moment où l’idée d’avoir des abeilles m’a traversé l’esprit (je devais avoir 7 ans…), je n’aurais pas perdu mon temps à apprendre et à étudier…Trève de sarcasmes et parlons du prix du dispositif: +/-530€ pour UNE ruche! C’est sans doute accessible aux non-initiés mais surtout aux nantis à ce prix-là!

Voir aussi cet article

*permet de récolter du miel sans effort
FAUX! Merde, c’est hallucinant ça, moi j’en fais des efforts, et pas des moindres, pour offrir un miel de QUALITE à mes consommateurs, je perds donc mon temps, encore??!! Dans mon cas, même operculé, mon miel n’est jamais assez sec pour garantir sa longue conservation (Réf). Je dois pour cela le « sécher » avant de l’extraire des rayons (vidéo). Or avec la flow-hive, le miel passe directement de la ruche au pot et aucun moyen n’est plus possible pour réduire sa teneur en eau! Gare aux pots gonflés par la fermentation après quelques semaines…Et la cristallisation dirigée du miel, on intervient comment sachant que sans le savoir-faire de l’apiculteur chevronné, la plupart des miels cristalliseront jusqu’à faire plier la plus robuste des cuillères qui tentera de plonger dans le pot? (Réf) Et que dire de la filtration?? Perte de temps? Peut-être mais je doute que mes clients soient contents de trouver des pattes d’abeilles et autres crasses dans le miel qu’ils viennent d’étendre sur leur tartine…(Réf)

*permet de sauver les abeilles
ARCHI-FAUX! Le temps où une maison sur 2 à la campagne possédait des ruches est révolu! Multiplier les ruches, fussent-elles miraculeuses, n’aidera en rien l’abeille! L’environnement moderne, dégradé, urbanisé,… dans lequel nous vivons est dans la plupart des cas non-adapté à la survie de l’abeille. Il faut faire les choses dans l’ordre; il y a moins d’abeilles (et d’apiculteurs) parce que l’environnement n’y est plus favorable. Donc en priorité, il faudra changer notre façon de vivre et de consommer. Si vous voulez sauver les abeilles et les pollinisateurs en général, il y a mieux à faire! Déjà, arrêter d’utiliser des pesticides dans vos jardins, arrêter de couper rase votre pelouse, laisser s’épanouir les « mauvaises » herbes, planter des haies d’espèces indigènes, agir en faveur de la nature et de la biodiversité au niveau de votre administration communale et du monde agricole, délaisser les grandes surfaces et hypermarchés au profit d’une agriculture locale et de préférence bio! Avec les 530€ de la ruche miraculeuse, vous pouvez planter environ 150m de haies d’essences indigènes!! Un trésor pour notre nature meurtrie et malmenée. (Réf)

Si, et seulement si, vous répondez à ces critères, vous pourrez vous vanter de faire quelque chose d’utile pour l’abeille et la biodiversité!

*permet de récolter du miel sans déranger ni stresser ni écraser les abeilles…

VRAI ET FAUX! C’est clair qu’avec cette ruche du « paresseux », on ne va pas beaucoup déranger les abeilles mais dans la plupart des cas, sans visite régulière, donc sans soin, les colonies péricliteront au moindre problème! Mais le bobo-apiculteur en herbe accusera les vilains pesticides pour couvrir et excuser ses propres échecs, c’est dans l’air du temps et tellement plus facile… Quant à écraser des abeilles, des techniques existent pour limiter les dérangements et récolter le miel sans bousculer ni « sortir les abeilles » de la ruche (utilisation de chasse-abeilles par exemple, voir ICI)

A côté des phrases chocs à orientation purement buzzienne et commerciale, il y a quand même de gros obstacles techniques à cette ruche miracle. Le premier, et non des moindres, est que la majorité de nos miels de printemps a tendance à cristalliser rapidement, voire très rapidement et parfois même dans les cadres! (Réf) Vous pourrez toujours attendre que le miel coule de lui-même…Et quelle technique pour débloquer le mécanisme et reliquéfier le miel cristallisé dans les cadres sans les démolir? A ce prix-là, c’est embêtant!

Ensuite, les abeilles ont besoin de construire leurs propres rayons de cire! C’est un besoin fondamental pour une colonie d’abeilles d’occuper ses bâtisseuses. Si l’humain se complaît dans la paresse, ce n’est pas le cas de l’abeille! Or, on leur fournit des rayons en plastique…c’est l’essaimage garanti à 100%, surtout qu’avec cette ruche, on est censé ne pas déranger les abeilles, donc impossible de vérifier l’état physiologique de la colonie! (Réf) Essaimage = pas ou peu de miel, c’est un peu contre-productif pour 530€ la ruche…Là encore, on accusera les pesticides, le Varroa, le réchauffement climatique et El nino pour se couvrir!

Bref, on est fort loin de la révolution apicole du siècle telle qu’on nous la présente. Le succès de cette entreprise est surtout commercial et surfe honteusement sur la problématique de la « disparition » des abeilles. A ce sujet, il serai temps que cette mode des abeilles se calme un peu mais j’y reviendrai lors d’un prochain billet d’humeur.

Le système pourrait, à la rigueur, fonctionner dans des contrées exotiques avec des terroirs ne produisant que des miels pauvres en glucose et ne cristallisant pas mais c’est une minorité des cas. De plus, le contrôle du miel avant prélèvement reste impossible, donc qualité du miel impossible à garantir également!

Et pour terminer, je rappelle que tout détenteur d’abeilles (même une seule ruche) est tenu d’être inscrit à l’AFSCA, de souscrire une assurance en responsabilité civile et de se conformer au guide des bonnes pratiques apicoles (Réf). On est loin de ce que vante la firme, à savoir « ne rien faire d’autre que récolter du miel »…

DONC…

flow hive non merci!

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

26 reflexions sur “Ruche à robinet – Flow hive: une vraie fausse bonne idée…

    1. Carl

      Je suis un apiculteur débutant et j’ai également vu cette vidéo à maintes reprises. Effectivement, st type de ruche paraît trop aisément utilisable et je trouve votre analyse totalement appropriée, claire et bien argumentée. Nous devons veiller au bien-être et à la survie des abeilles avant de penser au profit. Bravo !!!

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Et oui, Crowdfunding car je pense qu’aucun fabricant sérieux n’a voulu investir dans ce bidule, à juste titre! Par contre surfer sur la vague du « sauvons les abeilles » a cartonné auprès du grand public matraqué et bien sensibilisé par les médias…

  1. Claude Meurant

    Je suis d’accord avec l’analyse. Malgré tout, je trouve que l’invention est originale. Vu le prix, je ne crois pas que beaucoup vont l’acquérir. Heureusement

  2. Bernard Sellier

    Bonjour, je partage cet avis à l’égard de cette ruche à robinets notamment l’argumentation concernant la biodiversité. Également je me permet de confirmer que l’apiculture s’apprend, et que même un apiculteur passionné ayant quelques ruches en apprend tous les jours. On ne pourra sauver les abeilles que si on explique le fonctionnement d’une ruche et l’environnement qui l’entoure. Aidons l’abeille avec des ruches classiques, quand les chiffres remonteront, on verra.

  3. Durand Volle Marieclaude

    Ah ,merci !Elle m’énervait cette ruche qui coule en ouvrant le robinet.Merci d’avoir si clairement expliqué l’apiculture,la nature avec sagesse et vérité.S’occuper des abeilles ne s’improvise pas.

  4. Léonard Théron

    Bonjour, même si je partage largement l’argumentaire sur le fond, les aspects techniques et pédagogiques minimaux d’une formation de base en apiculture, je suis aussi vétérinaire et propriétaire d’une ruche flow.

    Autant je suis clair avec le fait que Flow n’est qu’une nouvelle façon de récolter le miel, et ne remplace pas une formation de base en apiculture et bien être de l’abeille, autant je trouve que votre analyse manque d’équilibre, principalement du au fait que vous ne connaissez pas le système.

    Mon miel est à 18,3% d’humidité à la sortie, lors d’une première récolte totalement artisanale. Sans patte d’abeilles :-). La cire est laissée au abeilles.

    D’un point de vue personnel d’universitaires ayant formé à mon métier quelques générations d’étudiants, je pense que même si certains arguments sont partagés, n’oubliez pas que les premiers apiculteurs ont forcément bravé des tabous pour les premières récoltes issues d’une culture. Restez curieux!

    Ici, ce crowdfunding à généré pas mal d’argent pour son créateur, mais c’est encore une PME familiale de passionnés, un atelier de fabrication et des milliers de ruches ont étés vendues.

    C’est cher? Oui, mais probablement moins que les trajet et/ou la location en miellerie.

    Je ne pense pas que le système remplace un jour les ruches traditionnelles à grande échelle, mais elle rend accessible à des gens formés au préalable cette passion.

    Données techniques de mon miel :
    Production août sur orties et fleurs sauvages
    2,5kg par cadre minimum, max 3kg
    Humidité : 18,3-18,7
    Nettoyage des opercules par les abeilles : 2 jours
    Restockage et reoperculation : 5 jours.

    Donc oui, restons curieux.

    1. miyuki

      Leonard Theron, heureuse d’avoir votre temoignage de quelqu’un qui a une ruche flow et a pu testé le concept. Je suis completement d’accord sur le fait qu’il faut bien comprendre le fonctionnement d’une colonie d’abeilles et comprendre comment la gerer pour arriver à avoir du miel, dons sur le fond, je suis completement d’accord : faire du miel ne peut pas être à la portée des non-initiés, il faut un minimim de connaissances et de reflexions. Mais en regardant bien la video, il me semblait que la partie plastique des cadres ne concernait que la hausse. Est ce bien vrai ?Car à ce moment-la, on peut gerer la ruche comme une ruche normale, en controlant le sanitaire, le developpement de la colonie, l’essaimage… Si c’est vraiment le cas, la presentation de la video devrait le preciser car ils la presente comme une ruche où on ne derange pas les abeilles… Et cela ferait moins herisser les poils des apiculteurs !!! Et serait pour le coup, beaucoup plus revolutionnaire que de la manière dont c’est presenté! Et comment se fait-il qu’il n’y ait pas de pillage ou qu’aucune abeilles ne viennent attirée par l’odeur du miel ? Et la cire d’operculation ne descend pas dans les alveoles puis le tuyau ?

    2. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Bonjour M.Théron,

      Merci pour votre témoignage.

      Quelques précisions:
      Je ne remets pas en doute que cette ruche pourra être utilisée par des gens ayant quelques connaissances en apiculture mais il est clair que le message commercial de la firme ne va pas du tout dans ce sens…

      Détrompez-vous, je suis d’un naturel extrêmement curieux et je connais parfaitement le système de la flow-hive et je peux vous affirmer que votre (maigre) expérience est tout sauf représentative et convaincante. Un miel à 18,3%, moi, je ne le récolte pas ! Il est vrai que la législation européenne mentionne un seuil de 20% à ne pas dépasser mais la pratique a démontré que seuls les miels en-dessous de 17,5% se conserveront correctement sur le long terme (>6mois) . L’Europe n’a jamais brillé pour son discernement, son honnêteté et son bon sens, malheureusement ! Votre miel (pas d’ortie, ça n’existe pas ! 😉 )sera parfait pour une consommation familiale, immédiate et qu’il vous conviendra sans doute comme cela ; c’est le public-cible de cette ruche après tout…Donc, pourquoi pas pour des miels d’été à usage familial.

      De plus, vous n’avez testé la chose que sur une miellée facile, celle d’été : miel fluide, pauvre en glucose et normalement assez sec (pas votre cas, pas de chance..) Là, aussi, je suis extrêmement curieux d’avoir votre feed-back après une miellée de printemps que je qualifie, dans mon cas, de miellée de tous les dangers : miel bétonnant les cadres (colza, pissenlit par ex), températures basses, humidité souvent très importante…Si j’ai un conseil à vous donner, ce printemps, hausser votre ruche avec des hausses à cadres traditionnels même si je pense qu’il serait bien d’avoir votre expérience afin de prouver par la pratique que cette ruche n’est définitivement pas adaptée à notre apiculture.

      Ceci dit, je pense que le système est perfectible et pourra peut-être un jour avoir un avenir, je ne suis pas fermé au progrès, loin de là ! Mais chez nous, avec des miels qui cristallisent facilement, je trouve l’investissement actuel comme complètement irraisonné…

      N’hésitez pas à partager votre expérience, bonne ou mauvaise, après tout il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis… 😉

      1. Boris

        Autant je partage beaucoup des points soulevés par votre article, autant je rejoins Leonard Théron sur le manque de référence pour appuyer et ettayer vos propos.
        De formation scientifique, je trouve toujours plus pertinent quand des arguments de nature technique (ce qui est le cas de la majorité de vos critiques) sont accompagnés de sources d’info accessibles (en particulier des études menées par des labos compétents et indépendents).
        En ce qui concerne le pillage, au vu de la vidéo, il me semble assez aisé d’imaginer un bouchon (sur-mesure et hermétique) entre le robinet et le pot…

        La cristallisation est, à mon sens, un problème surtout pour la commercialisation et le grand public mais j’aimerais avoir votre avis sur la question.

        Bien à vous,

        Boris

        1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

          Bonjour,
          Pour répéter ce que j’ai déjà dit, même si je ne suis qu’un apiculteur « amateur » (et de formation scientifique également, soit dit en passant… 😉 ), je pense me débrouiller plus qu’honorablement tant du point de vue élevage apicole que sur celui de la technologie du miel. Maintenant si vous voulez des références et du concret, pas de soucis, tout est étayable sans aucun problème! Je pense avoir déjà assez longuement allongé la sauce sans en rajouter, cela afin d’éviter le « trop » d’informations à mes lecteurs. Google peut être votre ami si vous cherchez des infos + précises…A noter également que le CARI, organe apicole incontournable en Belgique (et en France également) a largement suivi et salué mon article. Si ce dernier avait été alambiqué, je pense que la CARI se serait abstenu… 😉
          J’ai également bien précisé que le système est sans doute perfectible, et assurément pour le problème de pillage. Dommage que la firme ne le présente pas du tout de cette façon, et c’est bien là le nœud du problème et ce qui me dérange dans cette histoire.
          Pour la cristallisation, vous n’avez pas compris mon propos…les miels de printemps riches en glucose cristallisent très fermement et parfois (souvent pour les débutants) dans les cadres! Il ne faut pas déborder d’imagination pour comprendre que ce sera le problème MAJEUR pour le système » Flow » car tout le mécanisme sera bloqué. Rien à voir avec la commercialisation…
          Donc, si vous avez encore des interrogations, n’hésitez pas …

          1. Boris

            Eh bien dites donc! Vous semblez avoir pris mon message assez mal!
            Pas besoin de rappeller pour la énième fois votre légitimité d’aborder ce genre de sujet, j’avais compris que vous avez des connaissances en apiculture…
            Je sais également me servir de google, merci. Seulement quand je lis un article ou un post de blog (assez technique), j’apprécie qu’au moins une partie du travail de contextualisation et de relais vers des sources a été fait par l’auteur ou l’équipe rédactrice.
            Je crois que l’on s’est mutuellement incompris sur la cristallisation. Tout à fait d’accord sur vos interrogations pour les miels de printemps dans la ruche « Flow ». Ce que je voulais dire c’est qu’une fois la récolte a été faite vouloir retarder au maximum la cristallisation me semble être surtout un souci pour que le miel reste liquide et donc plus facilement « vendable ». En d’autres termes, je m’interroge si un miel cristallisé à d’autres desavantages que l’aspect pratique et esthétique (plus difficile à étaler sur la tartine ok mais bon…).

          2. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

            Oulàlà non, je n’ai rien mal pris, je vous rassure ! 😉 C’est juste que depuis la sortie de cette « invention »(je n’ai pas dit fumisterie car je le répète le système est ingénieux et pourrait convenir à une certaine apiculture), on me la ressort tous les jours…et parfois, on peut ressentir mon exaspération, je l’avoue ! 😉
            Je tâcherai de mettre des références quand j’en aurai le temps…même si pour quiconque a un peu d’expérience avec les abeilles, extrait du miel et manipuler des cadres , il est évident que le système « flow » sera mis en défaut à brève échéance dans nos conditions d’apiculture.
            Pour revenir sur la cristallisation, moi je fais tout pour la hâter! Il en va du respect du consommateur, je ne peux que vous conseiller de lire mon article à ce sujet http://blog.exometeofraiture.net/miel-liquide-miel-solide-oui-mais/ Les récalcitrants au miel cristallisé n’ont qu’à continuer à acheter du miel liquide chinois à 3€/kg chez les hard-discounters ! Ce n’est pas ma clientèle…

  5. David T

    Très bien résumé ! N’oublions pas que l’apiculture est presque un art, entre gérer la bonne santé de ses abeilles et une production de miel c’est une passion et non un loisir quelconque ! Combien de personnes bien intentionnées veulent juste une ruche au fond du jardin parce que c’est dans l’air du temps ??? C’est une hérésie de croire qu’il suffit d’avoir une ruche pour faire du miel et protéger les abeilles ! Quand au flow vive c’est vraiment une vaste supercherie… Merci encore ! Un apiculteur amateur.

  6. ROBBES Joel

    Je suis apiculteur amateur, près de Francfort en Allemagne
    Dans la revue des apiculeurs de septembre il y avait un article sur cette ruche miraculeuse et l’on voit  » cela fonctionne  » mais combien de temps?
    1 an surement mais plus j’en doute, les abeilles produisent aussi cette resine très très dure, elle colle comme de la poix
    et je crois qu’après une année les alvéoles seront collées entre elles
    le seul moyen pour se débarrasser de cette résine c’est l’essence thérébentyne, et l’essence thérébentyne dissout aussi les plastiques,,,,, résultat après une tentative de nettoyage,,,,,,, Plouppppp,,,,, plus de cadre

  7. Léonard Théron

    Année + 1 ruche Flow.

    Traitement Varroa fin septembre (bof) au Thymovar (Agréablement surpris de la vitesse de travail).
    Retrait de la grille à reine

    AU printemps tout le monde va bien lors de l’inspection
    Elles ont consommé 1 cadre plein et 2 cadres à moitié. Elles ont aussi commencé à pondre dans les cadres de production

    J’ai sorti mon miel de l’an dernier qu’elles n’avaient pas mangé (Colonie initiale),
    Ouverture plus rigide (propolis +), mais après deux allers retours le miel coule à flot.
    quelques cristaux de glucose (taux très faible chez moi, vu que miel 1 = miel d’été riche en Fructose). Densité 18,5%
    Les cristaux de sucre sont resté dans les alvéoles, et les abeilles ont recyclé dans les 24h, nettoyé la cire et recommencé à souder à la propolis.

    Cadres consommés : 1,2kg
    Cadres pleins : 2,5kg.

    Santé de mes filles, apparement ok, varroa très bas, pas de maladie du couvain pour l’instant.

    Je suis encore curieux, mais ça marche.

    PS : Discussions sur le Colza, les dernières études montrent que Colza et moutarde sont les 2 pollens à risque pour la mortalité hivernale.
    A discuter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *