Traitement flash à l’acide formique contre Varroa destructor

Attention! Je n’utilise plus cette méthode! Résultats trop aléatoires et trop influencés par les les températures. Si vous voulez vraiment utiliser l’acide formique, il faut utiliser le diffuseur « Nassenheider pro » qui permet une diffusion plus régulière de l’acide.

Dans la panoplie des traitements de fin d’été et pour remédier aux résistances constatées avec le thymol, le flash formique reste un traitement efficace, s’il est bien réalisé!

Dans la nature, l’acide formique est retrouvé dans le venin de plusieurs insectes comme les abeilles et les fourmis, mais aussi dans les glandes des poils urticants de certaines plantes comme les orties. Son nom vient du mot latin formica qui signifie fourmis, car sa première isolation a été réalisée par distillation de corps de fourmis.
 
 

 

Les varroas sont atteints par l’acide formique au niveau du système respiratoire (inhibition de la respiration). La toxicité dépend de trois variables: concentration, température et temps d’exposition des varroas.
 

 

Je vous propose dans la vidéo suivante ma méthode d’application, sachant qu’elle n’est pas universelle et que son résultat dépendra de plusieurs facteurs. La température d’application guidera le dosage, en effet, une concentration trop faible par basses températures n’aura que peu d’effets sur les Varroas tandis qu’une concentration trop forte par hautes températures pourra se révéler dangereux pour le couvain et/ou la reine! A vos risques et périls donc!

 

 
 
 
 

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Translate »