Tout fout le camp…


2 citations d’Aurélien Barreau… 
« En vrac, quelques agacements: 
1) Arrêtez de parler du « problème du climat » comme épicentre du danger qui guette. Ce n’est qu’un aspect de la catastrophe : la pollution et la disparition des espaces naturels sont au moins aussi importants et tuent, à ce stade, beaucoup plus que le réchauffement. C’est tout notre rapport à la vie qui est à reconstruire, pas seulement les émissions de CO2 qui sont à stabiliser ! 
2) Faut-il vraiment qu’on comprenne que les insectes nous sont « utiles » pour qu’on s’émeuve enfin de leur disparition ? C’est pathétique de ne voir la légitimité ontologique de l’autre que par la prisme de ce qu’il nous rapporte.  »

Quelques vues de mon village, Fraiture-en-Condroz au fil des années…

1777: Peu d’habitations, beaucoup de vergers,…

1971: les vergers, les haies sont visibles. Il devait faire accueillant pour la vie et la biodiversité à cette époque…

1994: la catastrophe! Les vergers ont disparu, la plupart des haies également… L’habitat se densifie. Remembrement, prime à l’arrachage (!),…sont passés par là: le début de la fin!

2018: L’habitat occupe quasiment les 2 côtés de toutes les voiries. L’érosion des biotopes favorables à la vie continue…



Est-il nécessaire de rappeler que les meilleurs capteurs et fixateurs de CO2 sont les végétaux et les arbres en particulier? Sans compter leur rôle majeur dans le maintien de la biodiversité! On s’émeut de la disparition des insectes, des oiseaux,…tout en se complaisant dans notre style de vie complètement dispendieux. On veut sauver les abeilles…mais cela ne servira à rien si les butineuses n’ont que du béton à butiner!

Il est grand temps d’engager la marche arrière et de rétropédaler vers plus de raison! Mais est-ce encore possible? Chaque semaine nous montre qu’il reste encore beaucoup de travail pour faire évoluer les mentalités…

Un exemple parmi tant d’autres…

Comportement « ANACHRONIQUE » à Modave: 1,5 km de haies rasées dans une zone agricole, la commune porte plainte

RTL INFO, sur base d’un communiqué de presse de Natagora, publié le 20 février 2019 à 06h25   |     

Comportement

Plus de 1500 mètres de haies ont été effacées du paysage en quelques jours au sein d’une zone agricole à Outrelouxhe, dans l’entité de Modave, en région liégeoise, dénonce l’association de protection de la nature Natagora. Ce sont des riverains, constatant que des centaines de mètres de haies d’une zone de culture étaient rasées, qui ont interpellé le Département de la Nature et des Forêts. Après avoir constaté les faits, la DNF a fait cesser les travaux et a dressé un procès-verbal. La commune a porté plainte. Les haies et bandes boisées étaient emportées pour la production de plaquettes de chauffage.


©Laurent Neuville



 
Des dégâts lourds de conséquences pour les espèces sauvages

Natagora dénonce un comportement « anachronique à l’heure de l’effondrement de la biodiversité ». En effet, ces zones de haies, qui en alternance avec les prairies, les cultures et les zones humides forment un paysage dit « bocager », permet aux espèces sauvages de se développer. Les dégâts sont particulièrement dommageables pour les bruants, tariers, fauvettes et chauves-souris. « À Modave, l’enjeu est particulièrement important : des chauves-souris désormais rarissimes (petits rhinolophes) sont présentes et nécessitent la présence d’éléments bocagers (haies, vergers, bosquets, arbres isolés) », explique l’association.

« Quel sera l’impact sur la qualité des eaux consommées par la population? »

Les dégâts ont également des conséquences dans les zones de culture: « Réduction de l’érosion et des phénomènes de lessivages de nutriments, protection face aux vents et à la dispersion des pesticides, augmentation des auxiliaires de cultures… Le captage de l’IDEN [la société de production et de distribution d’eau potable dans le Condroz liégeois, ndlr], par exemple, est situé en contrebas de la zone concernée. Quel sera l’impact sur la qualité des eaux consommées par la population? », se demande l’association.


©Frédéric Degrave 




« Le comportement de quelques-uns éclabousse toute la profession »

Depuis 2015, le projet LIFE Pays mosan œuvre à la restauration du bocage de la région, rappelle Natagora, grâce à l’investissement de provenant de la région Wallonne, de l’Europe ou encore d’associations environnementale: « Le cas présent est d’autant plus dommageable que de nombreux agriculteurs s’engagent dans toute une série de mesures agro-écologiques. Le comportement de quelques-uns éclabousse toute la profession. Ce cas est exemplaire, il doit être pris au sérieux et poursuivi. Les procès-verbaux du Département des Natures et Forêts sont souvent classés sans suite. Le dossier est exemplatif, il faut cesser l’impunité ! Natagora et les riverains surveilleront cela de près », réagit Frédéric Degrave, chargé de mission LIFE Pays Mosan.


©Laurent Neuville



Facebook twitter reddit pinterest linkedin mail

2 reflexions sur “Tout fout le camp…

  1. Clavé

    Je suis tellement désolé Fred…Chez moi dans les Landes c’est exactement la même. Et je m’étais « amusé » à faire le comparatif des images aériennes des 60 dernières années…C’est affolant…Aurélien Barreau vise juste, il ne pose juste que des évidences pour les gens censés. Notre monde ce meure. Et je rigole devant ce qui pensent qu’une société peux persister sans une nature en équilibre. Déjà en l’échelle de 20 ans quand je vois la dégradation subie…Pfffffff….Dans 20 ans nous sommes tous cramés. Et je suis heurté de constater que je ne suis pas un cas isolé….Pfffffffff

  2. Grazia

    Triste réalité, quand nous sommes arrivés à Fraiture en 1987, le syndicat d’initiative était passé à la maison afin de nous accueillir dans ce joli village, et ce en nous précisant que la politique (précisons) du moment, ne voulait pas faire de ce si beau village, une cité dortoir et qu’il n’était accepté que de très peu nouvel habitant afin de préserver cette convivialité et cette bonne humeur de clocher. Nous nous connaissions tous…Les parcelles côté clinique n’étaient vendues qu’à des habitants de Fraiture, voire leurs enfants !!!! Il est loin, ce temps là… J’ai l’occasion d’aller à l’école régulièrement, et je me rend compte qu’hormis les anciens, peu se connaissent!!!. Le moindre mètre carré devient du profit, sans trop savoir ce qu’il va réellement arriver au coin de ta rue, en face de chez Georges. On parle d’un lotissement de 3 parcelles !!! Dans moins de 10 ans, Fraiture, sera Boncelles, les un sur les autres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *