Dégouttement oxalique hiver 2019-2020

Il est généralement admis que la meilleure période pour effectuer le dégouttement à l’acide oxalique se situe entre Noël et nouvel an. A cette période, les colonies sont censées être sans couvain, ce qui garantit une haute efficacité. Plus généralement et selon les années et les situations, la fourchette possible va du 15 décembre au 15 janvier.

Je ne vais pas revenir en détails sur cette méthode mille fois éprouvée…une recherche sur ce site vous donnera toutes les clés pour réaliser le traitement dans de bonne conditions. —> ICI

Cette année, une bonne fenêtre météo était annoncée pour le 26 décembre. Pour rappel, il faut une météo calme, une température avoisinant les +5°C et surtout une absence de soleil qui a tendance à exciter les abeilles et à dégrapper les colonies.

Les conditions se sont révélées presque parfaites: un peu trop de vent (mais les ruchers étaient bien abrités) et un peu trop froid (grappes assez serrées).

Aucune perte à déplorer à part une mini+. En encore, les mini+ sont la cerise sur le gâteau ou le numéro complémentaire de mon apiculture. Elles me servent de réserves de reines et accueillent souvent des reines de réforme que je garde « au cas où »… Celle qui a périclité avait une reine qui allait entamer sa 4ème saison et que je n’avais pas envie d’écraser en fin d’été…La plupart des mini+ n’ont pas été traitées en été contre Varroa, les coupures de couvain successives suffisent généralement à garder l’infestation sous contrôle.

Résultat excellent donc, des populations sur 6-7 ruelles en moyenne. De bonnes réserves! Très peu de faibles et encore moins de trop fortes (qui consomment souvent un max!): de quoi aborder la seconde moitié de l’hivernage sereinement! En effet, quand ça doit crever en hiver (hors famine!), ça le fait avant Noël généralement. Après c’est beaucoup plus rare.

Ruche de production

Ruchette 5 cadres

Mini+ sur 1 élément

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

21 reflexions sur “Dégouttement oxalique hiver 2019-2020

  1. Patrice

    Bonsoir fred, content que ça se passe bien pour tes abeilles, les miennes sont en forme aussi, je flippe pas mal car au moindre rayon de soleils elles filent sur le champ de moutarde à coté, et je ne sais toujours pas si c’est une bonne chose ou pas. Mais je laisse ce commentaire pour te poser une question vu que tu es sur des ruches niko. J’aimerais traiter par sublimation mes ruches et je me suis équipé d’une plaque hexagonale chauffante de marque italienne. comment t’y prend tu pour ne pas cramer le fond en plastique? Une plaquette de bois?

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut.
      No stress pour les moutardes… Je traite par dégouttement. Et en fumigation, si un jour je m’y mets sérieusement, j’utiliserai le varomor qui est + adapté (et que j’ai déjà depuis un moment). Pour le varrox, je ne sais pas exactement mais j’ai déjà vu certains qui avaient modifié l’appareil pour ne pas faire fondre les planchers.

      1. Sylvain

        Salut, j’utilise le varrox, je pose le varrox sur une plaque de contreplaqué de 5 mm d’épaisseur (environ 10x25cm) et je les fais glisser par l’entrée de la ruche.
        Ça rentre pile poile en hauteur. Le contreplaqué noircis un peu mais rien de méchant.

    2. gaetan lebosse

      salut Patrice
      je suis dans la région de l’Hérault avec des temperature a 20 degrés en journée moi aussi elles sont sur les champs de moutarde sauvage (petites fleurs blanches) j’ai ouvert avec ce temps et c’est blindé de couvain je me suis fait avoir l’année dernière avec une énorme infestation de varroas au debut du printemps avec essaimage de trois ruches debut mars! je pense que je vais ouvrir en janvier pour regarder pas le choix et je finirais par traiter en janvier et au tout debut du printemps qui commence pour nous avec les amandier mi février j’en profiterais pour faire ma visite de printemps si le temps me le permet pour pas me refaire avoir

      1. Patrice

        merci, j’essaye de prendre la décision la plus raisonnée possible ( pour moi) c’est pas toujours simple de se faire un avis objectif. Ce qui est certain c’est que malgré mes actions il en tombe trop ( acide formique, et fumigation oxalique). J’envisage un traitement au printemps. Mais lequel? J’ai 25 ruches c’est pas énorme donc si j’ai un petit coup de main je tenterais l’encagement des reines pour les ruches trop infestée.

        1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

          Quel traitement au formique et quand? L’encagement dans nos contrées doit être effectué vers le 15 juin. Mais sera quasi inutile si l’automne est beau. Encager plus tôt est inutile et préjudiciable à la récolte et plus tard, on met les abeilles d’hiver en péril.

  2. Chiavuzzo

    j ‘ai besoin d’un conseil j’ai traité en fin de saison plusieurs fois avec varromed,
    j’ai déjà posé le plateau de fond de ruche pour voir la chute des varroas je n en ai qu’un sur un plateau et les deux autres rien. dois-je traiter à l’acide oxalique ou varromed.

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Normalement, ça devrait être bon…Les comptages sur lange ne sont pas infaillibles mais donnent une indication sur l’infestation. Dans le doute refaire un oxalique qui sera efficace car réalisé hors-couvain et sans trop d’effets secondaires si bien réalisé.

  3. olivier

    Bonjour Fred,
    Observations sur les comptages de varroas dans 2 ruchers situés dans le brabant.(20 ruches)
    Les ruches sont traitées contre le varroa vers le 15 août avec Apivar. Les languettes sont retirées 12 semaines après. Un comptage du nombre de varroa est effectuée 15 jours après.
    Situation des ruchers.
    2019 ; très peu de cipan en fleur en septembre car ceux ci n’ont pas su germer vu la sécheresse .Les premières fleurs sont apparues vers le 15 octobre. Les abeilles n’ont donc pas su aller s’alimenter en pollen et nectar. Résultats; Les colonies sont un peu plus faible qu’en 2018 et surtout, il a fallu les nourrir beaucoup plus.
    2018; Les cipans étaient en fleur dès la mi-septembre et les ruches situées près de ces parcelles n’ont pratiquement pas du être nourrie et étaient assez populeuses.
    Résultats des comptages varroas 15 jours après retrait des languettes Apivar.
    Nombre de varroas tombés par jour (moyenne après 5 jours)
    2019:
    0-1; 25% des ruches
    1-3; 12%
    3-10; 57%
    10-20; 0%
    20-30; 6%

    2018:
    0-1; 55%
    1-3; 20%
    3-10;10%
    10-20; 10%
    20-30; 5%
    Rem; les ruches les moins infestées étaient sur un rucher avec très peu de Cipan

    Un traitement ac oxalique a été effectué entre le 15 et 25 décembre.
    Un comptage du nombre de varroa a été effectué dans les 20 jours suivants.
    Relation entre nombre de varroas observés 15 jours après retrait des bandelettes Apivar et le nombre de varroas tombés après traitement ac oxaliques
    Résultats;
    2019:
    0-1 varroa début décembre donne en 2019 0-50 varroas tombés après trait ac oxalique
    2018 0-140
    1-3 2019 50-100
    2018 160-780
    3-10 2019 100-250
    2018 370-600
    10-20 2019 250-500
    2018 710-840
    20-30 2019 500-850
    2018 650-800
    Rem;
    80-90% des varroas sont tombés dans les 10 jours après traitements ac oxalique.
    Plus il y a de rentrée de pollen et nectar en septembre et octobre, plus le nombre de varroas est important en fin d’été. Un traitement efficace est nécessaire dès le mois d’août afin de réduire la population de ces varroas et ainsi protéger nos abeilles d’hiver.
    Malheureusement, un traitement n’est pas toujours suffisant pour lutter contre cet acarien et un contrôle fin novembre s’impose pour réduire si nécessaire la population des varroas avec un traitement hors couvain .
    Les cipans peuvent être intéressant en automne comme source de nourriture, mais il faudra être très vigilant sur la population des varroas. Je n’ai jamais constaté plus de mortalité dans les ruchers situés à proximité des cipans , malgré la toxicité dénoncée par certains.

    Encore merci pour toutes les bonnes infos que tu nous donnes.

    Olivier

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut! Merci pour ton analyse. Ça corrobore pas mal mes observations: la toxicité des CIPAN est une fable (du moins en terme de toxicité aiguë), par contre ils boostent le couvain d’arrière-saison, donc la population de Varroa également.
      A+

  4. Olivier V

    Bonjour,

    Pourquoi chercher des conditions aussi froides pour le traitement à l’acide oxalique ?
    Ne serait-il pas intéressant de profiter, lorsque cela se présente certaines années, d’un coup de chaud d’une journée ou les abeilles volent ? Ainsi les abeilles seront de toute façon dégrappées et le traitement ne pourra pas être nuisible en forçant un dégrappage par temps froid ?
    Je raisonne aussi peut-être différemment car je fais un traitement au varrox qui lui « dégrappe fort »…

      1. Olivier V

        Oui c’est logique pour du dégouttement, effectivement…
        En sublimation par contre ça doit être différent puisque le dégrappage permettra de mieux atteindre toutes les abeilles. En tout cas tant mieux s’il est naturel du fait de la météo car de toute façon en sublimation elles s’agitent…

      2. r delaunoy

        si le dégoutement est fait comme le préconise le prof. Nanetti (italie), c’est à dire exactement le contraire de ce qui est usuellement recommandé (*), il y a peu de chance de retrouver le produit sur le plancher.
        (*) le dégoutement doit se faire non pas le long des ruelles mais en sens contraire. cela a fait l’objet d’étude

        1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

          Sauf que l’apiculture italienne est aux antipodes de la nôtre. J’ai certaines colonies qui ne viennent jamais sur les têtes de cadres de tout l’hiver, l’oxalique risque dès lors d’y rester jusqu’au printemps…Quand on parle d’apiculture, il faut bien spécifier où on la pratique sous peine d’être hors sujet.

          1. rdelaunoy

            Fred ! Cela n’a rien à voir avec le pays. Si tu mets un sirop avec de l’ac.oxalique sur le sommet du cadre, elles viendront le chercher. C’est l’évidence même. Et l’apiculture italienne n’est plus aux antipodes de la nôtre. C’est bien pour cela qu’on commence à utiliser les scalvini ou autres cages …

          2. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

            Bien sur que si que ça a avoir… Si tu me connaissais un peu mieux, tu saurais que j’ai testé, et rejeté les scalvini, menna et autres bien avant tout le monde par ici (en 2017 pour être précis). Si mettre l’AO sur les têtes de cadres marche pour toi, tant mieux, continue. Moi, ça fait + de 15 ans que je dégoutte à la manière « classique » : j’ai bien creusé le sujet, ça me réussi, je continue sans rien changer.

  5. PERNOT Antony

    Salut Fred,
    J’ai effectué mon traitement à l’AO par dégouttement il y a 4 jours seulement et malgré le traitement le Trt à l »Apivar en fin de saison j’ai encore des chutes également mais relativement peu: 12 sur la ruche la+ infestée.
    Sinon dans l’ensemble, les colonies sont belles.

    1 petite question je t’avais demandé il y quelques temps si tu collais tes mini+ avant peinture et tu m’avais répondu (si ma mémoire ne me trompe pas…) que les tiens étais en 1 seul élément.
    Les miens sont en 4 éléments. (c’est un espèce de mix tenon queue d’aronde)
    Dois-je peindre les « assemblage » également avant assemblage?
    Bonne soirée à toi et encore merci pour toutes l’expérience que tu nous fait partager.
    A+
    Tony

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut!
      Je ne colle pas les mini+, ça s’assemble sans collage. Je les peins assemblées ou éléments à plat sur une bâche. Au pistolet, ça va vite. Peu importe si tu peins les « assemblages » ou pas. A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »