Les saules en apiculture

Le saule, et spécialement le saule marsault, est une aubaine pour l’apiculteur et les abeilles. Il est, en effet, la première vraie rentrée abondante de pollen et nectar des colonies au printemps. C’est lui qui fera office de stimulation et qui lancera la saison apicole active: son pollen est excellent pour accentuer la ponte de la reine en offrant un apport conséquent de protéines. Le nectar abondant fera s’éloigner les risques de famine qui guettent les colonies en fin d’hiver, à condition que la météo autorise la sortie des butineuses. Les pollens précédents comme le noisetier, crocus et perce-neige sont anecdotiques tant au niveau de la quantité que du côté aléatoire de la météo au moment de leur floraison.

Le saule est surtout présent en zone humide mais est assez tolérant et représente une plante pionnière type.

Un avantage de cet arbre, outre son étonnante vitesse de croissance, est sa facilité de multiplication; un simple tronçon de branche de minimum 1.5cm de diamètre fiché dans le sol à 30-40cm de profondeur en hiver donnera rapidement un nouvel arbre. Même de grosses boutures de branches de plus de 5 cm de diamètre reprennent parfaitement. Pourquoi en priver nos abeilles?

Fagot de boutures de saule marsault

Les grosses boutures donnent de meilleurs résultats

Les saules sont dioïques, il y a en effet des plantes mâles et des femelles. Les mâles donnent énormément de pollen et peu de nectar. Les femelles ne donnent que du nectar. Il faudra bien identifier les arbres donneurs de boutures afin de diversifier le peuplement. Une bouture prélevée sur un arbre mâle donnera un nouvel arbre mâle, pareil pour les femelles.

Chaton femelle de saule marsault chaton saule marsault femelle

Chaton mâle de saule marsault

D’autres saules sont envisageables comme le saule à 3 étamines mais rien ne vaut le saule marsault du point de vue apicole.

L’apiculteur doit être acteur de son environnement! N’hésitez pas à planter du saule dans chaque recoin laissé libre: trous dans une haie en bord de champ, terrains vagues, jardin, bords de ruisseau,… Ça ne coûte pas un €, il faut juste s’en donner la peine!

Talus replanté à raison d’une bouture tous les 7-8m

 

 

 

Facebook twitter google_plus reddit pinterest linkedin mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *