Météo capricieuse…

Semaine morose…Une seule journée de butinage avant des orages violents.

La vieille serre en a (encore) pris un coup…

Ainsi qu’un super-bon pommier… :-(( . On va essayer de le redresser avec le tracteur et le haubaner…en espérant! 

Au rucher, une bâche couvrant les piles de hausses s’est envolée! Résultat: de l’eau dans les cadres du haut… Essorage de chaque cadre et séchage pour éviter les moisissures.

Pire, le colza semble compromis pour cette année! Voici une parcelle qui devrait être à son apogée de floraison. Perte totale pour l’agri, mais aussi pour les apis du coin! :-((

Zéro silique!

Voici l’explication du « Sillon Belge« :

COLZA: Dégâts physiologiques exceptionnels!

On observe une situation exceptionnelle en floraison du colza, pas uniquement en Belgique d’ailleurs. Le nord et l’est de la France de même que l’Allemagne sont également concernés.

Depuis le milieu de la semaine dernière, des avortements de boutons floraux sont observés dans de nombreux champs de colza. Dans les cas les plus graves, c’est l’entièreté de l’inflorescence qui est touchée et quelquefois même les inflorescences secondaires. Même si les méligèthes sont nombreux, de tels dégâts, constatés dans toutes les régions de Wallonie, n’ont jamais été observés auparavant.

Coup de chaud sur sol froid

Tout indique qu’il s’agit d’une cause physiologique. Gel tardif ? Chaleurs soudaines ? Le ou les facteurs précis ne sont pas encore très clairs.

Dans les pays voisins, et particulièrement en Allemagne, on incrimine surtout la brusque vague de chaleur du 18 au 22 avril et les écarts de température de plus de 20ºC entre le jour et la nuit.

Nous pensons que cette vague de chaleur a conduit aux dégâts observés surtout parce qu’elle est survenue alors que les sols étaient encore très froids. Le système racinaire n’a pas été en mesure de répondre à la « demande » des tissus les plus jeunes en forte croissance et ce stress s’est traduit par des avortements de boutons floraux.

Quel que soit le niveau actuel des dégâts, il faut attendre quelques jours pour pouvoir se faire une idée précise des possibilités de récupération.

Dans cette situation où chaque bouton floral compte, une attention particulière est recommandée quant à la présence de méligèthes.

 

Autant dire que la saison commence assez mal…les érables sycomores ont eux aussi été rincés par les fortes pluies de ce weekend (50litres/m²). La météo semble meilleure à partir du 3-4 mai, mais que restera-t-il pour la miellée de printemps? Un peu d’érable en forêt, un ou 2 champs de colza un peu moins atteints, l’aubépine,… Tout peut se retourner très vite en apiculture, l’espoir, même mince, subsiste….

 

 

Facebook twitter google_plus reddit pinterest linkedin mail

7 reflexions sur “Météo capricieuse…

  1. michel

    bonsoir fred je pense que si tu redresses le pommier doucement avec un tracteur tu vas le sauver car il à été simplement couché et les racines ne sont pas trop apparentes penses à bien le fixer au sol avec des amarres plantées au moins de 50 à 60 cm n’oublies pas de protéger l’enroulement des cordes autour des branches avec des chambres à air afin d’éviter de faire des plaies ( chancres ) qui favoriseraient les maladies
    cordialement et courage

  2. Hakim

    Bonjour ,Fred c’est Omar ne rigole pas c’est vrai.oui la météo joue sur les ‘nerfs de l’apiculture. Je voulais savoir es-ce que, la personne qui a fait la vidéo sur l’élevage venf des riens VHS je crois,si possible comment faire merci

  3. Nathalie

    Bonjour Fred !

    Je ne savais pas ce qu’étaient les Méligèthes.
    J’ai donc regardé; merci wiki..
    … Dis donc ça ressemble énormément à notre redouté aethinia …
    Je n’arrive pas à voir la différence physique pour les reconnaître …
    Il s’attaque aussi aux ruches ?

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Hello!
      Non, le méligèthe ne s’attaque pas directement aux abeilles. Il mange juste le pollen des fleurs de colza avec perte de rendement pour l’agriculteur. Il est fort ressemblant à Aethinia car ils font partie tous les 2 du même groupe de coléoptère.

  4. Pingback: Analyses du miel de printemps - FRED L'APICULTEUR - Exometeofraiture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *