Recadrons Hoffman !

Pour faire suite à cet article, voici les conclusions provisoires et améliorations prévues!

Quand on se lance dans l’apiculture, les premières visites aux ruches sont souvent l’occasion d’observer, de comprendre et de s’émerveiller. On prend son temps (parfois trop!), on mesure tous ses gestes…

Avec les années et la prise de confiance, le nombre de ruches a bizarrement tendance à suivre une courbe exponentielle ascendante et les activités connexes se multiplient également, comme l’élevage de reines ou la valorisation des produits de la ruche . Il en découle un besoin de rationaliser son travail et d’optimiser chaque minute passée au rucher. Si le duo cadres droits-ruche à crémaillère reste le standard en apiculture, et c’est d’ailleurs ce que j’ai utilisé bon nombre d’années, il m’est vite apparu comme une évidence de tester les cadres à épaulement Hoffman, censés faciliter et accélérer les visites hebdomadaires aux colonies. Une fois la décision prise et les ruches débarrassées de leurs écarteurs et crémaillères, restait à solutionner le problème de la cohabitation passagère entre les anciens cadres droits et les neufs en Hoffman. De nombreux accessoires permettent d’assurer cette transition comme les adaptateurs en plastique à placer sur les oreilles des cadres droits. Une fois tout le rucher passé en cadres à épaulement, le gain en manipulations et en temps de visite était effectivement évident et permettait de travailler au moins deux fois plus rapidement ! Malheureusement, très vite, des problèmes sont apparus… Les cadres à épaulement présentent en effet, de par leur conception, une large zone de contact (10-12cm!) et les abeilles, même celles réputées peu utilisatrices de propolis, en ont profité pour littéralement coller les cadres entre-eux !

A noter également que la propolisation de la partie jointive finit par augmenter la largeur des cadres, ce qui n’est pas sans poser de sérieux problèmes ! Autant dire que le temps de visite dans ces conditions s’en est retrouvé très largement allongé, ce qui était totalement à l’opposé du résultat escompté ! De plus, je travaille en routine avec 11 cadres dans des corps prévus pour 10 cadres (10c hoffman+ 1 cadre à mâles droit); il me fallait donc trouver des cadres Hoffman de 35mm de largeur maximum, pas vraiment fréquent sur le marché apicole !

Non content de cette situation, je me devais de trouver une solution à ce problème, surtout que je restais persuadé de l’utilité de travailler en bandes lisses.

Après pas mal de recherches et lectures, j’ai décidé de tester les clous espaceurs à fixer sur cadres droits de 25mm de largeur.

Option très séduisante de prime abord par la zone de contact réduite à la surface de 2 têtes de clou ; le problème du collage des cadres était solutionné ! Seul inconvénient, ces clous n’existent qu’en 7mm à ma connaissance (ou 10mm, ce qui est trop grand ou 5mm, ce qui est trop petit!). Certes, cet écartement respecte le bee-space avec tous les avantages théoriques qui en découlent : meilleure gestion de la température, rapprochement des constructions naturelles,… mais à la condition de travailler avec des cadres et cires gaufrées parfaitement droits! En effet, avec un inter-cadres si petit, le moindre écart (cire gaufrée gondolée ou montant du cadre torché) se traduit par des constructions inachevées de part le manque de place disponible. Il apparaît, en conclusion et après tous ces tâtonnements, qu’un espacement de 8,5-9mm serait proche de l’idéal.

La solution : insérer une rondelle d’épaisseur classique (1,6mm) entre le clou et le cadre, ce qui donne un espacement total de 8,6mm. Parfait !

Alternative proposée par un autre apiculteur : utiliser de simples cavaliers de dimensions 1,8X15mm trouvés en magasin de bricolage pour un prix dérisoire. La profondeur de clouage est gérée simplement en glissant un gabarit (tournevis limé à exactement 6,8mm) dans le cavalier au moment de la pose. Résultat : 6,8mm + 1,8mm (épaisseur du cavalier)= 8,6mm ! Le tour est joué !

A noter que l’intégralité des ces informations sont publiées dans « Abeilles&Cie » n°188 du CARI (et avec une magnifique mise en page en prime!)

A suivre…

Facebook twitter google_plus reddit pinterest linkedin mail

29 reflexions sur “Recadrons Hoffman !

  1. mathias

    Bonjour,
    Ca pourrais me donner envie de mettre des bandes lisses.
    si on veut rester sur 10 cadres, il faut perdre de la place dans la ruche du coup? comment ferais tu?

      1. mathias

        ok, je vais essayer ça avec des cavaliers.

        par contre ton tournevis est bloqué sur la photo, non?

        Merci a toi.

    1. Olivier V

      Bonjour,

      Ce gros millimètre de moins par rapport au standard de 10 mm d’espace entre deux cadres (qui est celui obtenu avec les crémaillères ou des espaceurs Hoffmann plastique) peut-il être si important que ça par rapport à un « simple » clou de 10 mm ?
      De toute façon c’est plus que la taille d’une abeille, non ?
      Car j’ai l’impression que biens poussés les uns contre les autres un clou de 10 mm doit laisser moins de place qu’entre des vrais cadres hoffmann avec un peu de propolis…

      1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

        Le clou de 10mm peut sans doute faire l’affaire, bien qu’un peu grand tout de même. Mais comme je mets 11 cadres dans une ruche 10c, ce sera un peu juste pour mon cas précis.

  2. Api Diver

    Je suis bien tenté pour essayer les clous, une idée où l’on peut trouver ça dans le commerce ( en France) ?

  3. Laurent Clavé

    Super intéressant !!!! Merci Fred !!

    Sinon un trou sur la largeur du cadre et une cheville en bois de la bonne dimension qui dépasse des deux cotés ?

  4. Dominique

    Bonjour Fred

    Une question qui me turlupine : pourquoi mets tu 2 clous sur un coté du cadre droit et les 2 autres de l »autre ? cela doit poser un probleme quand tu pousses tes cadres à un bout car ils se retrouvent tous en diagonale ?
    à mons que je n’ai rien compris.
    Merci pour le blog et les videos

    Dominique

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut ! De fait, je crois que tu ne visualises pas bien le système.
      Les clous sont sur le même côté de chaque cadre et inversement de l’autre côté , l’espacement est donc partout identique. Pas facile à expliquer mais les photos sont assez parlantes je trouve. A+

      1. Dominique

        Merci d’avoir répondu aussi vite, et heureusement qu’Olivier à 20 H 06 voit mon souci car de chaque coté de la ruche il y a un cadre avec des clous ou cavaliers que d’un coté !
        J’avais finalement compris , mais pas tout.

        Merci Fred et Olivier, je me sens moins seul ;-))
        Bonne soirée, Bon weekend ici dans le Far West ( 22 en Bretagne) cela vente fort !

    2. Olivier V

      Les clous sont mis « deux d’un côté » et « deux de l’autre » pour pouvoir retourner le cadre (ce qui est à l’avant de la ruche peu passer à l’arrière) par rotation de 180°. J’ai aussi mis un moment à le comprendre…
      Mais il y a effectivement le problème qu’il manquera deux espaceurs de chaque côte, entre le dernier cadre et le bord de la ruche.
      Solutions possibles : gérer à l’oeil, avoir une cale dans la caisse à outils, mettre un espaceur en pllastique sur chaque dernier cadre finalement, une petite cale au bout de la bande lisse…

  5. Olivier V

    Voilà les clous sont commandés en 7mm. J’ajusterai avec des rondelles pour arriver entre 8 et 9 mm comme vous le préconisez !
    J’ai aussi pris l’ustensile pour les taper et des espaceurs plastiques pour faire la transition avec les cadres en place. Je vais en effet créer cette année mes essaims artificiels en Hoffmann et mettre des cadres cirés avec clous dans les ruches à dentier, le temps que la transition se fasse. Il y a aura donc forcément un mix pendant deux ou trois ans.
    Encore merci pour les conseils.

      1. Lesueur Patrick

        Bonjour Fred , j’ apprécie énormément tes vidéos et bien que ce soit le 1er avril , ce message n’est pas une blague ….Comment mettre en ruchette , mes nucléis ,donc des cadrons de mini plus … quelle technique ou procédé ? Je voudrais t’ envoyer aussi un chèque ,donc ton adresse STP

        1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

          Bonjour, Je t’ai déjà donné ma réponse sur ton précédent message! 😉
          « Bonjour,
          Normalement, les mini+ servent uniquement pour faire des reines. Ils ne sont pas destinés à devenir des ruches. Il existe néanmoins de cadrons emboîtables (horizontalement pour faire des formats hausse, ou alors des cadres hauts 1/2 cadres de corps mais il faut conduire les mini+ en double-corps) mais ce n’est pas très pratique et, je le répète, ce n’est pas leur rôle. A+ »

  6. Nicolas

    Bonjour Fred, merci pour cet article intéressant !
    Petite question en lien avec le concept de mettre 11 cadres dans une ruche « prévue » pour 10 cadres… est-ce que tu as un article de référence ou une explication plus complète du pourquoi du comment etc… ? 🙂

    merci d’avance !

  7. SAUDAX Arnaud

    Salut Fred, on dit que lors de l’hivernage les abeilles ne rentrent pas dans les cellules et se tiennent uniquement dans les ruelles. Si c’est vraiment le cas, avec un bee-space ne contenant qu’une seule couche, elles doivent occuper (et donc avoir à chauffer) un volume double (ou presque). Qu’en est-il vraiment dans la pratique ?

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut,
      En théorie, il y a moins de déperdition de chaleur avec des ruelles étroites mais c’est purement théorique et très difficile à évaluer. L’important pour moi dans cette expérience, c’est l’absence de collage des cadres avec la propolis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *