Reine bourdonneuse…ou pas!

Cas vécu récemment au rucher:

Une colonie de production avec une reine dans sa troisième année. Fin mai-début juin, disparition de la reine clippée, sans doute par essaimage. J’ai, en effet, trouvé peu après une cellule royale éclose oubliée dans le bas d’un cadre et une reine vierge se baladant dans la colonie. Je marque cette reine et la laisse en place car je ne dispose pas encore de reine cuvée 2019 à ce moment là!

Quelques jours plus tard, élimination de la reine « naturelle » et introduction d’une de mes reines d’élevage. Reine MKN dont la ponte a été évaluée excellente en mini+.

Fin juin, visite de routine à la colonie. Stupeur! Du couvain mâle dans les cellules d’ouvrière! Je trouve également de petites portions de couvain d’ouvrière de bonne conformation, perdues dans les alvéoles bombées et disséminées anarchiquement. La reine est là, bien jolie…

A ce moment-là, je ne suis pas résigné à éliminer la reine qui me semblait d’excellente qualité. Je lui laisse une chance de régulariser sa ponte. Cela arrive qu’une reine fasse un peu de mâles en début de ponte et se régularise ensuite, même si cela ne donne jamais de reine de qualité sur le long terme…

Début juillet, visite à la colonie: situation identique! Misère…! Je planifie donc le remplacement de la reine la prochaine fois que j’en ramènerai de mon rucher de fécondation!

Entre temps, je récolte les hausses de mes colonies de production. Arrivé à la ruche litigieuse, je m’aperçois qu’il y a du couvain mâle dans la première hausse!!

Je comprends enfin! J’utilise TOUJOURS les grilles à reines, ce couvain de hausses est donc le fait d’ouvrières pondeuses qui ont réussi à se développer pendant la période de flottement entre la disparition de la vieille reine et l’introduction d’une reine en ponte!

Evolution probable de la colonie: la nouvelle reine va développer sa production de phéromones et va inhiber l’apparition de nouvelles ouvrières pondeuses. Celles responsables de cette ponte en mâles vont disparaître progressivement. A noter la cohabitation entre une reine en ponte et des ouvrières pondeuses. A ce sujet, je secoue de moins en moins des colonies bourdonneuses: le rémérage fonctionne dans beaucoup de cas sans élimination des ouvrières pondeuses.

Moralité: toujours analyser tous les cas de figure et ne jamais prendre de décision dans l’empressement.

Facebook twitter google_plus reddit pinterest linkedin mail

2 reflexions sur “Reine bourdonneuse…ou pas!

    1. Fred l'Apiculteur Auteur de l'article

      Salut!
      En Buckfast et en pratique, je ne secoue plus les bourdonneuses. Les comparatifs que j’ai effectués ne montrent aucune différence d’acceptation. Les précautions sont peut-être utiles sur des abeilles difficiles mais dans mon cas, c’est complètement inutile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *