Miel d’été ensemencé: attention aux pièges!

Beaucoup d’apiculteurs (et à juste titre) sont tentés de proposer un miel homogène et stable dans le temps à leur clientèle en optant pour la fabrication de miel crémeux. Cela peut sembler facile à priori mais il y a au moins 2 pièges à éviter! Notons directement que votre miel crémeux (surtout d’été) ne sera pas prêt à être mis en pot en 3 jours: cela prend du temps, parfois beaucoup pour atteindre l’onctuosité voulue.

Le premier piège: malaxer trop énergiquement votre miel ensemencé! Il en résulte l’incorporation de microbulles d’air dans le mélange, ce qui a 2 fâcheuses implications;

*vous n’arriverez jamais à mettre le poids correct dans votre modèle de pot préféré, l’air, rappelons-le, ne pesant pas grand chose et en tout cas beaucoup moins que le miel… (ce qui sera considéré comme une fraude au poids)

*une fois le miel en pot, les microbulles vont inexorablement remonter à la surface en une couche d’écume assez peu appétissante.

Résultat, vous avez raté votre coup! Nous seulement votre miel ne sera pas crémeux et cristallisera anarchiquement, mais vous lui aurez rajouté des défauts majeurs!

Le deuxième piège: ne pas malaxer assez longtemps! Votre mélangeur tourne depuis quelques jours, gentiment afin d’éviter le premier défaut et vous trouvez que votre miel d’été a suffisamment changé de couleur et s’est un peu épaissi. Sûr de votre coup, vous mettez en pot. Puis après quelques jours, horreur! Vos pots montrent un dégradé avec du miel translucide au-dessus et du miel cristallisé dans le fond! Que s’est-il passé? Votre semence (souvent du colza bien cristallisé et blanc) vous donne une fausse impression que toute la masse du mélangeur a changé de couleur et de texture, ce qui est vrai, mais … 10% de semence suffisent à vous donner cette impression! Résultat: vous avez un mélange de miel cristallisé dans du miel liquide, d’où déphasage une fois le miel en pot! Pas super vendeur comme présentation….

Ici, l’exemple extrême de 2 miels de cristallisation différente qui ne se mélangent pas.

Ou alors le contraire si votre miel-semence est moins dense que le miel à rendre crémeux!

Et ne parlons du cas où vous êtes tombé dans les 2 pièges…3 couches dans votre pot! Du cristallisé au fond, du miel liquide au-dessus et une belle couche d’écume en surface! Un « bel »exemple ici

Je l’ai déjà dit, le miel crémeux prêt à être mis en pot doit avoir changé DRASTIQUEMENT de couleur! Il doit être nacré et opaque en fine couche! Le test de la cuillère donne une bonne indication: on trempe la cuillère dans le miel, on la retire: le miel doit bien napper le métal qui ne doit pas être (trop) visible par transparence.

Le miel doit également avoir épaissi de manière importante! Rappelez vous comment il coulait à l’extraction! Si c’est toujours le cas, votre miel est loin d ‘être prêt! Il doit s’écouler lentement en formant des nappes.

Un test utile à faire également consiste à soutirer quelques pots, à les placer à température assez élevée (20-25°C) et à attendre au moins un jour ou 2. Si vous observez les 2 phénomènes décrits plus haut, c’est que vous êtes trop pressé! 😉

Voici à quoi on peut s’attendre, bien qu’ici, il manque encore 2 jours pour obtenir la perfection au niveau onctuosité

Pour les miels de printemps à base de colza, les pièges sont moins nombreux; ce sont en général des miels qui cristallisent finement et rapidement et qui, dès lors, n’ont pas besoin d’être ensemencés, à moins de vouloir hâter le processus. Un brassage est néanmoins nécessaire pour casser les chaînes de sucres et éviter le bétonnage du miel dans les pots. Le moment de la mise en pot est beaucoup plus évident dans ce cas, le miel passant de translucide, liquide et jaune à blanc-nacré, opaque et crémeux.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

7 reflexions sur “Miel d’été ensemencé: attention aux pièges!

  1. Sarlieve

    Oui oui le miel crème est un art le vrai !! Et ce n est pas avec le malaxeur qu il se fabrique c est en mélangeant et maîtrisant les températures au degré prêt !! Puis mélangeur et chambre à 13
    Un art je vous le dit !! J en fabrique depuis 52 ans alors je sais faire

  2. Ludovic.

    J’ai eu le premier problème décrit, pourtant j’ai malaxé tout gentillement et c’est la première fois que cela m’est arrivé. En plus avec mon miel de printemps. Après info pris chez Beebox, le malaxeur Lyson à la fâcheuse tendance à incorporer de l’air, même en lente rotation si le niveau du miel arrive dans les pales. Il faut s’arranger pour être entre 2. Pas toujours évident… A bon entendeur…

  3. GUILLEMANT Gérard

    On attend avec tant d’impatience tes précieux conseils si utiles en ne comprenant pas ton silence très probablement justifié.
    Si ce sont des critiques, elles ne peuvent émaner que de vils imbéciles jaloux de ta modestie.
    Bon courage et à très bientôt Gérard

  4. Guy-Bernard CLERC

    Bonjour Frédéric,

    Je profite pour te faire un petit coucou de la vallée du Grésivaudan au pied de la Chartreuse que tu aime tant avec sa dent de Crolles.

    Un Grand Merci pour tes conseils toujours de grande qualité même si tu nous manque sur ta chaîne YouTube avec tes clips très utiles et fortement instructifs, j’ai beaucoup évolué en suivant tes bons conseils.

  5. Guillaume

    Et moi qui pensait que le miel crémeux était basiquement réalise en mélangeant le miel avec un malaxeur. Merci beaucoup pour votre article qui m’a fait réaliser que cela demande un vrai savoir faire !

  6. Pingback: Ensemencement par la méthode de l'upscale - FRED L'APICULTEUR - Exometeofraiture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »